L’ alliance de mariage, histoire et traditions – 2

L’ alliance de mariage, histoire et traditions – 2

alliances de mariage en or jaune
couple d’alliances de mariage en or jaune
© dawmar

Aujourd’hui, on n’imagine pas célébrer une union sans l’échange solennel de l’alliance de mariage. Ces anneaux réalisés en or ou en platine sont les témoins de l’amour que se portent les deux époux et la promesse d’une fidélité mutuelle. Dans notre dossier « L’alliance de mariage, histoire et traditions », nous allons tenter de percer les mystères qui entourent cette tradition séculaire et remonter aux origines de l’alliance de mariage.

Le port des anneaux était considéré, aux premières heures de la civilisation romaine, comme une distinction individuelle décernée aux Citoyens par les Magistrats. Les Epouses, pas plus que les autres membres de la famille, n’avaient pas le droit de les porter. Il en fut de même de l’anneau d’or des Patriciens Ambassadeurs, donné en raison de cette qualité spéciale et temporairement.

D’après Pline l’Ancien [écrivain romain né en 23 après J. C.], l’usage de l’anneau pour unir les mariés était courant à son époque, toutefois, l’anneau n’était pas fabriqué en or, mais en fer.

Quand l’usage des anneaux se fut généralisé, que la noblesse, les serviteurs, les chevaliers et diverses catégories de personnes furent en possession de l’anneau d’or pendant que le reste de la population portait la bague de fer, lorsqu’enfin la différence du métal dépendait essentiellement de la condition originelle, alors, deux questions intéressantes se présentèrent, à l’égard des femmes :
1. La jeune mariée avait-elle seule, dans la société romaine, le droit de porter des anneaux d’or ou même des anneaux quelconques ?
2. Les femmes, de toutes classes et de toutes considérations, pouvaient-elles ou non, se servir d’anneaux d’or, d’argent, de bronze ou de fer ?

Il semble bien que les femmes mariées suivaient exactement le rang social et l’état de leur mari en portant les mêmes anneaux. Ces anneaux étaient de même nature pour chacun des deux époux.

La coutume suivant laquelle le fiancé envoyait à sa fiancée un anneau comme gage de la promesse de mariage remonte très haut chez les Romains, elle est mentionnée dans Plaute [auteur comique latin né en 254 avant J.-C.], au deuxième siècle avant notre ère, mais elle était pratiquée depuis une date certainement beaucoup plus reculée.

Il résulte de ces rapprochements que l’usage d’envoyer à la fiancée, non plus une bague en fer au temps de Pline, mais un anneau d’or déjà ancien au temps de Tertullien [écrivain de langue latine né à Carthage (l’actuelle Tunisie) en 150-160], remontait au moins alors à un demi siècle et dut s’établir à la seconde moitié du deuxième siècle.

L’usage de l’anneau de fiançailles fut pratiqué en Gaule depuis la conversion de Constantin [premier empereur Romain à se convertir au christianisme, né en l’an 274] de même que dans le haut Empire [de 27 avant J.-C. à 192 après J.C.].

Lien vers la partie 3 : L’alliance de mariage, histoire et traditions – 3

Lien vers la partie 1 : L’ alliance de mariage, histoire et traditions – 1

Laisser un commentaire